Vous êtes ici :  Département de l'Aube : L'aubeserveur  > Cité du vitrail

Retour à l'accueil

Inventaire des vitraux de l'Aube achevé

Une première en France ! Retour sur le recensement des vitraux de 1800 à nos jours

02 octobre 2017

Zoom sur

Inventaire des vitraux de l'Aube achevé

En 2017, l’Aube achève l’inventaire de ses vitraux, débuté dans les années 1980 avec les vitraux d’Ancien Régime. C’est une première en France, puisqu’à ce jour aucun autre département n’a inventorié son patrimoine vitré en incluant les XXe et XXIe siècles. Missionnée par le Département de l’Aube, avec l’aide de la Région Grand Est, l’agence Bruno Decrock (Reims) a recensé et identifié les vitraux de 1800 à nos jours, entre 2015 et 2017. La création d’une base de données, destinée à la recherche, a mobilisé cinq historiens de l’art.

 

Les conclusions de l’enquête de terrain montrent que le vitrail des XIXe, XXe et XXIe siècles, soit 2085 verrières, est présent dans 237 communes de l’Aube. S’il est généralement répandu dans les grandes communes du département, sa densité surprend dans de petits villages comme Dosnon ou Jasseines comptabilisant respectivement 16 et 26 verrières. Malgré sa relative jeunesse, le vitrail récent n’est pas toujours en bon état. Près d’une verrière sur cinq mériterait un examen approfondi, voire une restauration. Relativement peu protégé des agressions physiques, il s’altère rapidement.

 

Sur la période, le XIXe siècle se révèle un nouvel âge d’or du vitrail pour l’Aube en regroupant, à lui seul, 69 % des vitraux recensés. Le XXe siècle, quoiqu’en retrait par rapport au siècle précédent, fait apparaître une belle diversité de créations et de techniques utilisées. Le XXIe siècle qui ne fait que débuter semble, quant à lui, très productif avec des chantiers d’envergure.

 

Sans surprise, les vitraux religieux s’avèrent les plus nombreux. Globalement, ils racontent une histoire ou représentent un personnage avec de « nouvelles » saintes au XIXe siècle (sainte Bernadette, sainte Jeanne d’Arc…). Au XXe siècle, le renouveau de l’art sacré donne un élan au vitrail qui s’échappe du figuratif pour tendre vers l’abstraction et le symbolisme (à Vendeuvre-sur-Barse ou Allibaudières, par exemple). Avec beaucoup plus d’ornements (végétaux, éléments d’architecture, motifs géométriques) que sous l’Ancien Régime, les vitraux s’intègrent désormais aussi dans les édifices civils (mairies, villas, cafés, banques…) dont le patrimoine vitré ne nous est pas toujours connu. Quelques rares exemples d’Art nouveau sont tout de même à mentionner, à Rosnay-l’Hôpital et à Chaource.

 

Enfin, les noms des auteurs du vitrail récent nous sont connus grâce aux nombreuses inscriptions retrouvées. Ainsi, 132 verriers ou ateliers sont identifiés ; quelques grands noms se distinguent : Vincent-Larcher, Didron, Champigneulle, la famille Vinum (Gaston, André et Alain) et Flavie Serrière Vincent-Petit, principale représentante de la nouvelle génération de peintres verriers dans l’Aube.

 

Consulter l'inventaire en ligne (mise en ligne progresive à partir du 2 octobre)

 

Le vitrail récent de l’Aube en chiffres

2085 verrières dans 237 communes

10 % appartenant à des propriétaires privés

20 % situées dans des édifices civils

80 % illustrant des thèmes religieux

69 % datant du XIXe siècle

42,5 % protégées monuments historiques, dont 80% classées

Cette opération est financée à hauteur de 130 000€ par le Département auxquels s’ajoutent 40 000€ de la Région Grand Est.

 

En savoir plus sur les inventaires précédents :

 

Visuel de couverture : Eaux-Puiseaux, Eglise de l’Assomption-de-la-Vierge,
Manufacture Vincent-Petit, 2015 © Cité du vitrail

Partager cet article :
| Autres