Vous êtes ici :  Département de l'Aube : L'aubeserveur  > Cité du vitrail

Retour à l'accueil

La peinture sur verre au XIXe siècle

des grandes vitreries à la redécouverte des savoir-faire ancestraux

04 décembre 2017

Zoom sur

La peinture sur verre au XIXe siècle

 

 

C’est en réalisant sa thèse sur la restauration des vitraux de Paris au XIXe siècle qu’Élisabeth Pillet, docteur de l’École pratique des Hautes Études et conservateur du patrimoine pour la ville de Paris, s’est intéressée à la question de la redécouverte de la peinture sur verre. Vincent-Larcher, peintre verrier à Troyes, témoigne parfaitement de cette émulation au niveau local puisqu’il traverse tout le XIXe siècle.

 

 

Visionnez ci-dessous cette rencontre :

 


 

La mode est à la lumière

Déjà au XVIIe siècle, on peint de plus en plus sur du verre blanc. Les verres colorés sont boudés, une tendance qui perdure au XVIIIe siècle. Au motif qu’ils assombrissent les édifices, les verres colorés sont peu à peu délaissés au profit d’une architecture privilégiant la clarté. La vitrerie, parfois complexe, prend place là où autrefois se trouvaient des vitraux. On se contente alors de petites scènes de l’Ancien ou du Nouveau Testament, entourées de vitreries. C’est donc une question de mode, de goût qui a conduit à la perte progressive du savoir-faire des peintres verriers. Dans la tourmente de la Révolution française, qui cause à elle seule de nombreux dégâts et pillages dans les églises, le Musée des Monuments français est créé par Alexandre Lenoir. Prenant désormais conscience qu’il faut protéger ces œuvres d’arts, A. Lenoir tente de relancer la peinture sur verre.

 

 

Les grands chantiers du XIXe siècle

Au début du XIXe siècle, de nombreux grands chantiers de restauration s’ouvrent. S’en suivent de nombreuses recherches sur les verres de couleur qui ne sont plus fabriqués en France, ce qui constitue une sorte de secret perdu. Deux manufactures royales, Sèvres et Choisy-Le-Roi (respectivement, aujourd’hui, dans les Hauts-de-Seine et le Val-de-Marne) entament des recherches sur ces techniques ancestrales et relancent la production de vitraux en France. De nombreux ateliers, dont celui de Vincent-Larcher à Troyes, naitront dans ce contexte.

 

Retrouvez toutes nos vidéos sur notre chaine You Tube

 

 

Visuel de couverture : La résurrection du Christ, baie 100 par Philippe Le Clerc, église Saint-Sulpice, Paris (VIe arrondissement), 1672 © Elisabeth Pillet.

 

 

Partager cet article :
| Autres