Vous êtes ici :  Département de l'Aube : L'aubeserveur  > Cité du vitrail

Retour à l'accueil

5 questions à Laurence RIVIALE

à propos de l’exposition « Les Triomphes de Pétrarque d’Ervy-Le-Châtel. Un vitrail exceptionnel »

21 juillet 2016

Zoom sur

5 questions à Laurence RIVIALE

 

Laurence RIVIALE - Tous droits réservés

Comme en 2015, la Cité du vitrail propose une exposition inédite depuis le 1er juillet 2016. Associée pour l’occasion à la mairie d’Ervy-Le-Châtel (Aube), dont l’église est actuellement en restauration, la Cité du vitrail expose l’intégralité du vitrail dit « des Triomphes de Pétrarque » (1502).

 

Le commissariat scientifique de l’exposition a été confié à Laurence Riviale, maître de conférences en histoire de l’art moderne à l’Université Blaise Pascal (Clermont II), (CHEC EA 1001), qui a bien voulu répondre à quelques questions.

 

 

 

 

 

 

  • Comment vous êtes-vous intéressée au vitrail des Triomphes de Pétrarque ?

Spécialiste du vitrail de la Renaissance, j’ai découvert la verrière d’Ervy-Le-Châtel à l’occasion de ma thèse de doctorat : Le vitrail en Normandie entre Renaissance et Réforme (2007). La ville de Rouen est riche en vitraux sur le thème des triomphes, mais celui d’Ervy est antérieur et singulier, en ce qu’il glorifie indirectement la Vierge Marie par l’intermédiaire d’un thème littéraire à portée chrétienne.

En 2008, un contrat postdoctoral CNRS au Centre André Chastel (Paris) sur les vitraux champenois m’a donné l’occasion de l’étudier en détail. Son thème et la singularité de sa composition m’intriguaient. J’ai ensuite publié mes travaux dans la Revue de l’art (n°179) en 2013. Aujourd’hui encore, ce vitrail représente une énigme stimulante.

 

  • Expliquez-nous en quelques mots ce que sont les Triomphes de Pétrarque

Francesco Petrarca, Pétrarque pour les Français (1304-1374) est un poète humaniste italien du XIVe siècle, auteur d’un long poème allégorique intitulé les Triomphes, où il glorifie la vertu de sa bien-aimée Laure. Laure peut être comprise comme une figure de la Vierge Marie. Cette œuvre inachevée à visée morale connut un grand succès dès sa publication à Rome en 1470. Elle fut diffusée en France sous la forme de résumés versifiés destinés à légender des tapisseries, puis imprimée.

 

En référence aux vainqueurs qui, dans l’Antiquité, faisaient leur entrée sur des chars, traînant à leur suite les vaincus, Pétrarque décrit six cortèges triomphaux successifs, vus en songe. Mais les acteurs du poème de Pétrarque sont des personnifications d’idées abstraites, autant d’étapes qui permettent de montrer le cheminement de l’âme humaine jusqu’au Salut. C’est une façon de penser qui n’est plus la nôtre aujourd’hui.

 

 

  • Comment le thème est-il transposé dans ce vitrail ?

L’illustration des Triomphes de Pétrarque commence au registre médian et se lit de bas en haut et de gauche à droite. Des figures humaines représentant chacune une idée abstraite sont présentées non pas en frise, mais frontalement, debout sur des chars tirés par des animaux symboliques qui les identifient. Chaque allégorie en écrase une autre selon un principe hiérarchique. Ainsi, l’Amour est vaincu par la Chasteté, elle-même vaincue par la Mort, surmontée à son tour par la Renommée et le Temps, lui-même dominé par l’Éternité, ultime triomphe situé au tympan. Mais le premier de tous les triomphes, selon l’exégèse chrétienne, est celui de Marie sur le Serpent : c’est le sujet du panneau central du registre inférieur. Ces figurations sont accompagnées d’un texte synthétisant la portée morale de chaque triomphe. Le poème de Pétrarque n’est donc pas recopié fidèlement. Des banderoles portant des citations bibliques complètent les figurations.

 

  • Quel est le message de cette verrière pour le croyant du XVIe siècle ?

Le vitrail a été commandé par Jehanne Le Clerc en mémoire de son mari Pierre Girardin. Ces donateurs sont figurés en prière devant la Vierge Marie, à laquelle la verrière est dédiée, comme le confirme une inscription. À l’image de Pétrarque qui glorifie dans ses poèmes sa bien-aimée Laure, la verrière est aussi un mémorial à la gloire de P. Girardin. Le thème des triomphes se rapproche encore de celui du pèlerinage du chrétien dont l’âme vertueuse, ayant résisté aux tentations et au temps, sera sauvée par l’intercession de la Vierge.

 

 

  • D’après vous, pourquoi faut-il venir voir l’exposition ?

On peut enfin admirer et examiner de très près ce vitrail exceptionnel, dans d’excellentes conditions et en entier, juger de sa remarquable qualité technique, de son excellent degré de conservation, réfléchir sur son sens, ou simplement jouir de sa singularité. Les allégories et leurs attributs sont de remarquables inventions figuratives !

 

On peut véritablement dire que cette verrière est unique : tirer du poème de Pétrarque sa leçon hautement chrétienne pour en faire un vitrail est une trouvaille qui n’a pas eu de postérité, pour peu que l’on sache. Pour le moment, nous n’avons pas non plus retrouvé le modèle gravé, dessiné ou peint, de cette œuvre.

 

 

 

Vous aussi, venez profiter de l’atmosphère de cette œuvre et regardez-la d’un œil sensible, méditatif, érudit ou spécialiste…

 

 

 

Exposition "Les Triomphes de Pétrarque. Un vitrail exceptionnel d'Ervy-Le-Châtel"

Jusqu'au 31 décembre 2016

Entrée Libre

En savoir plus sur l'exposition

Partager cet article :
| Autres