Vous êtes ici :  Département de l'Aube : L'aubeserveur  > Cité du vitrail

Retour à l'accueil

  • Accueil
  • L'Aube, capitale européenne du vitrail > 
  • Le vitrail contemporain

Le vitrail contemporain

XXe et XXIe siècle : les créations

À Fontaine-les-Grès (Aube)
Conçues par l’architecte troyen Michel Marot en lien avec l’artiste rémois Jean-Claude Vignes, les verrières, décorées de motifs graphiques, sont peintes en grisaille et jaune d’argent sur du verre incolore ondulé et armé. Ce matériau industriel fabriqué par Saint-Gobain était jusqu’alors inédit dans le domaine religieux. Les vitraux forment comme un rideau aux plis réguliers sur trois côtés de l’édifice commandé par André Doré en mémoire de sa fille Agnès décédée en 1939.

Le Christ dépouillé de sa tunique, 1956, Fontaine-les-Grès (Aube), église Sainte-Agnès © Denis Krieger

Le Christ dépouillé de sa tunique, Fontaine-les-Grès

À Villenauxe-la-Grande (Aube)

À l’occasion de la restauration de l’église, dans les années 1990, un habitant de Villenauxe-la-Grande avait fait don de ses biens pour la réfection des vitraux détruits en 1940 par un bombardement puis remplacés par des vitres translucides.

L’État, les collectivités locales ainsi que Gaz de France ont participé au bouclage du budget qui s’est élevé à 1,11 million d’euros.

Inaugurés en 2005, les vitraux des 24 baies de l’église Saint-Pierre et Saint-Paul de Villenauxe-la-Grande (Aube) couvrent une surface totale de 200 m². Ils constituent l’œuvre la plus importante en Europe de ces 20 dernières années. Réalisés par l’atelier Simon Marq de Reims (Marne), ils ont été créés par l’artiste anglais David Tremlett. Son oeuvre monumentale, abstraite, inscrite dans la tradition géométrique, confronte plans colorés et formes diversifiées… donnant à l’édifice une atmosphère unique.

Vitraux de David Tremlett (2005) Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul, Villenauxe-la-Grande (Aube).© J. Philippot

Vitrail - Villenauxe - Tremlett

Au parking Cathédrale (Troyes – Aube)

Sous la place de la Libération à Troyes, depuis 2007, le parking Cathédrale (460 places) est centré sur un puits de lumière entouré de 106 ogives dont 87 sont décorées de vitraux conçus par l’artiste allemand Udo Zembok, et réalisés par l’atelier Parot (Côte-d’Or). Les verrières déclinent les quatre couleurs dominantes des vitraux anciens de Troyes.

Dans le hall d’accueil, l’artiste a rendu hommage à ses prédécesseurs en traçant, sur 13 m², les noms des grands maîtres verriers champenois de jadis.

Parking Cathédrale Troyes (Aube) © Stéphane Herbert

Vitrail Parking Cathédrale Troyes

À Villeret (Aube)

Classés en 1894, les vitraux de l’église Saint-Ferréol avaient été déposés en 1939 dans le sous-sol de la cathédrale de Troyes. Seule l’analyse panneau par panneau a permis de restituer la composition des six baies du choeur et du transept. En piètre état, les verrières ont été restaurées mais elles présentaient de larges manques…

« Le cycle de la Création du monde, par exemple, était lacunaire, on a décidé de faire un accompagnement de création : pour éviter le pastiche, pour mettre en valeur l’œuvre du XVIe et pour tamiser la lumière. Nous avons cherché à redonner la même vibration colorée que les panneaux anciens afin de respecter l’unité architecturale », relate l’artiste et restauratrice Flavie Serrière Vincent-Petit.

Des corolles aux pollens

Dans une grande baie vide, a pris place un arbre de Jessé contemporain : « Ma ressource, c’est le vitrail ancien. Je me suis inspirée des arbres de Jessé du XVIe siècle qui présentent les rois sur des sièges en forme de grosses fleurs. Dans ma création, il ne reste de ces fleurs que les pollens avec leur symbolique de vie et de fécondation. Cela renvoie au thème de la filiation, comme l’arbre de Jessé », explique l’artiste avant de confier : « J’aime créer des vitraux qui puissent parler à tous avec plusieurs niveaux de lecture parce que, dans la restauration d’une église, le financement est public mais l’affectataire est chrétien. »

Flavie Serrière Vincent-Petit évoque un autre niveau de lecture : « Au XVIe, la grisaille est importante pour ses jeux de transparence et d’opalescence indiquant que la lumière est faite pour être vue. J’ai repris cette idée avec le thème du pollen peint en jaune d’argent. Le pollen filtre la lumière. » Là encore, elle voit son œuvre comme « un hommage au vitrail champenois du XVIe siècle. »

Arbre de Jessé, création contemporaine (2011), église Saint-Ferréol, Villeret (Aube) © Flavie Vincent-Petit

Arbre de Jessé, création contemporaine (2011)