Vous êtes ici :  Département de l'Aube : L'aubeserveur  > Cité du vitrail

Retour à l'accueil

  • Accueil
  • La Cité du vitrail > 
  • Les oeuvres présentées

Les oeuvres présentées

Alors que le vitrail est parfois difficile d’accès, ici, tout est à hauteur de regard. Pour la première fois, la proximité des œuvres est idéale pour aborder le vitrail sur tous les plans : esthétique, artistique, scientifique, historique et technique. Sur 150 m², sont présentés des vitraux de toutes les époques, prêts d’institutions muséales, de particuliers, de communes. Parmi eux, figurent quelques pièces monumentales présentées dans une scénographie sobre et légère. Complétée par des dispositifs facilitant l’accès au savoir, l’exposition prépare le visiteur à sa confrontation avec le patrimoine vitré conservé in situ.

Place à la couleur, à la lumière et à l’émotion !

Informations pratiques

 

Entrée libre

Ouvert du mardi au dimanche

Horaires

Accès/contacts

Accès

 

 

Plan d'accès à l'expositionPlan d'accès à l'exposition

Le vitrail d'Ervy-Le-Châtel : une inspiration italienne

 

 

L’église Saint-Pierre-ès-Liens d’Ervy-Le-Châtel (Aube) conserve un ensemble de vitraux d’une richesse iconographique exceptionnelle en France. Les vitraux déposés, pour permettre leur restauration, offrent la possibilité de les exposer à la Cité du vitrail, à hauteur de regard. En 2018, trois ensembles du chœur de l’église sont exposés. En premier lieu, le vitrail des Triomphes de Pétrarque (1502), plébiscité depuis sa première exposition en 2016 à la Cité du vitrail, continue d’émerveiller et de questionner. Cette fois, il est accompagné de deux autres ensembles : la vie de sainte Christine de Bolsène (1515) et l’Histoire de Tobie (2e tiers du XVIe siècle). D’une exceptionnelle érudition, ces vitraux témoignent de l’influence italienne exercée, au début du XVIe siècle, sur les choix iconographiques des vitraux des églises de l’Aube.

 

  • Les Triomphes de Pétrarque (1502)

Cette impressionnante verrière (5 mètres de haut sur 2 mètres de large) s’inspire du poème allégorique profane des Triomphes, écrit par François Pétrarque au XIVe siècle. Ce thème érudit, d’inspiration italienne, est pour la première et unique fois transposé sur un vitrail. Cette verrière complexe est sans doute la plus étonnante de l’Aube au XVIe siècle.

 

  • Histoire de sainte Christine de Bolsène (1515)

Sainte Christine de Bolsène, 1515, église Saint-Pierre-ès-Liens d'Ervy-Le-Châtel, baie 10, lancette A © Manufacture Vincent-Petit

Dans la France du début du XVIe siècle, quelques lieux de culte sont consacrés à sainte Christine (jeune martyre italienne), notamment en Côte-d’Or. L’église d’Ervy-Le-Châtel est néanmoins la première à réaliser un cycle complet de la vie de la sainte, telle qu’elle fut écrite par Jacques de Voragine dans sa Légende dorée.

 

  • Histoire de Tobie (2e tiers du XVIe siècle)

La baie magistrale de la Rédemption se compose de plusieurs scènes autour d’une Crucifixion du Christ sur l’arbre de vie en lancette centrale. À gauche, l’histoire de Tobie (présenté dans l'exposition) vient étayer le discours central de la baie. Cette scène, associée à d’autres comme l’Histoire de Job ou Adam et Eve, offre une lecture multiple autour du rachat des péchés du genre humain par le sacrifice du Christ crucifié.

 

 

Consultez les visites guidées proposées

 

 

le vitrail : art, styles et savoir-faire

 

Une seconde salle d'exposition présente un ensemble de vitraux originaux du Moyen Âge à la période contemporaine. Il a pour objectif d'éveiller la curiosité et d’élargir les connaissances sur cet art peu connu du vitrail. Les pistes de lecture y sont nombreuses, parmi elles : l'histoire culturelle, l'iconographie religieuse, la chronologie des styles, la création contemporaine, les techniques du vitrail, la restauration du vitrail...

En 2018, trois nouvelles oeuvres font leur entrée à la Cité du vitrail :

 

  • Vitrail aniconique de l'abbaye de Pontigny (Yonne), avant 1210

Vitrail aniconique, avant 1210, Pontigny (Yonne), ancienne église abbatiale, classé Monument historiques en 2017Vitrail aniconique, avant 1210, Pontigny (Yonne), ancienne église abbatiale, classé Monument historiques en 2017

Un ensemble de trois panneaux, attribués à l'ancienne abbatiale cistercienne de Pontigny sont aujourd'hui conservés. Le panneau exposé représente des motifs végétaux, dérivés de palmettes, formant des entrelacs d’une grande fluidité. Il est également dépourvu de couleur en accord avec les préceptes cisterciens et représente un motif qui se répète. Ces vitraux sont aujourd'hui les seuls témoignages conservés des vitreries inventives qui ornaient vraisemblablement l’ensemble de l’abbatiale.

 

 

 

 

 

 

  • Notre-Dame des prairies (panneau d'essai) par Pauline Peugniez, 1925

Notre-Dame des prairies, panneau d'essai pour l'église de Canehan (Seine-Maritime), par Pauline Peugniez, avant 1925Notre-Dame des prairies, panneau d'essai pour l'église de Canehan (Seine-Maritime), par Pauline Peugniez, avant 1925

Pauline Peugniez (1890-1987) est, avec son mari Jean Hébert-Stevens (peintre verrier), une figure du renouveau de l’art sacré. Pour son premier vitrail, elle réalise une Vierge entourée d’enfants et parsème sa composition d’objets populaires ou du quotidien.  Ce vitrail dont le panneau définitif est conservé au musée départemental Maurice Denis (Yvelines), est emblématique de la production des années 1920.

 

 

 

 

 

  • Cive réalisée dans le cadre d'une création contemporaine pour le Centre de Congrès de l'Aube (2013)

Cive réalisée pour la cafétéria de l'auditorium du Centre de Congrès de l'Aube (Troyes), Flavie Serrière Vincent-Petit et Manufacture Vincent-Petit, soufflage par Glass-fabrik, 2013Cive réalisée pour la cafétéria de l'auditorium du Centre de Congrès de l'Aube (Troyes), Flavie Serrière Vincent-Petit et Manufacture Vincent-Petit, soufflage par Glass-fabrik, 2013

Ce verre plat soufflé en plateau (cive) a été conçu par l’artiste, Flavie Serrière Vincent-Petit (Aube), et soufflé par l'atelier artisanal Glass-fabrik (Loire-Atlantique) pour une création contemporaine destinée à célébrer les matériaux du vitrail et leur mise en œuvre au sein du Centre de Congrès de l'Aube à Troyes. Ce défi de soufflage hors normes (pouvant atteindre plus d'un mètre de diamètre) rend compte de la ferveur créatrice au XXIe siècle dans l'Aube.

 

 

 

Le caractère monumental propre à la plupart des vitraux trouve également sa démonstration avec plusieurs oeuvres majeures :

  • l'Arbre de Jessé de Laines-aux-Bois (Aube), exemple de la production des nombreux ateliers de la ville au temps du Beau XVIe siècle ;
  • L'Adoration des Mages de l'atelier Latteux-Bazin (Oise), illustrant le second âge d'or du vitrail dans l'Aube au XIXe siècle ;
  • Saint-Marcel de l'atelier de Jacques Le Chevallier (Hauts-de-Seine), abordant la querelle autour de la création de vitraux figuratifs pour la nef de Notre-Dame de Paris dans l'entre deux guerres.