Vous êtes ici :  Département de l'Aube : L'aubeserveur  > Cité du vitrail

Retour à l'accueil

  • Accueil
  • La Cité du vitrail > 
  • Les oeuvres présentées

Les oeuvres présentées

L’exposition permanente : dix siècles de vitrail à portée de regard…

Arbre de Jessé - Laines-aux-Bois
Arbre de Jessé - Laines-aux-BoisArbre de Jessé - Laines-aux-Bois

Alors que le vitrail est parfois difficile d’accès, ici, tout est à hauteur de regard. Pour la première fois, il est possible d’appréhender « de près » les mutations stylistiques du Moyen Âge à nos jours. Sur 150 m², sont présentés un vingtaine de vitraux du Moyen Âge au XXIe siècle. Parmi eux, figurent des pièces monumentales tel l’Arbre de Jessé de Laines-aux-Bois (Aube) : un vitrail de 3,50 m x 2 m, représentatif de la riche production locale au temps du Beau XVIe siècle.

Sobre et légère, la scénographie laisse toute leur place aux oeuvres, à la lumière et à la couleur. Susciter l’émotion esthétique est la priorité – l’objectif étant aussi d’éveiller la curiosité et d’élargir les connaissances sur cet art peu connu du vitrail.

Côtoyant des documents d’archives, les nouvelles technologies (bornes interactives, projections…) facilitent l’accès au savoir. Le visiteur est ainsi préparé à sa confrontation avec le patrimoine conservé in situ.

La Cité du Vitrail offre, sur 150 m², un parcours de visite chrono-thématique divisé en 5 sections :

  • les vitraux médiévaux dans l’Aube et en Champagne (XIIe et XIIIe siècles) ;

  • le XVIe siècle, âge d’or du vitrail dans l’Aube et en Champagne ;

  • le vitrail civil ;

  • le renouveau du XIXe siècle ;

  • la création et l’innovation des XXe et XXIe siècles.

Cette présentation vise à susciter l’émotion des visiteurs devant des panneaux qu’ils découvriront pour la première fois de près. Les pistes de lecture sont nombreuses. On y retrouve nécessairement la chronologie, depuis les plus anciennes verrières conservées à Troyes, jusqu'à la création contemporaine, dont le chantier de Villenauxe-la-Grande est particulièrement représentatif.

Cité du vitrail - intérieur, Zacharie
Cité du vitrail - intérieur, Zacharie © R. MoledaCité du vitrail - intérieur, Zacharie © R. Moleda

 

 

Au-delà de la région, des panneaux appartenant aux oeuvres de Jean-Michel Albérola destinées aux chapelles du choeur de la cathédrale de Nevers (Nièvre), illustrent largement les laboratoires de la création contemporaine. Les vitraux exposés dans la « grange » montrent aussi que vitrail et œuvre religieuse ne sont pas toujours synonymes. Depuis ses débuts vraisemblablement, mais surtout à la fin du Moyen Âge et au temps de la Renaissance, le vitrage s'est imposé dans les édifices publics et dans les maisons de Troyes. Le rondel de la bibliothèque du chapitre de la cathédrale de Troyes (1479-1480), comme les vitraux de l'ancien hôtel de l'Arquebuse (vers 1621-1624), oeuvres raffinées destinées à être vues de près, en montrent divers aspects. Le succès renouvelé du vitrail civil à la fin du XIXe siècle, puis au temps de l'Art déco, est également représenté dans l’exposition. Le caractère monumental propre à la plupart des vitraux trouve sa démonstration avec plusieurs oeuvres majeures, témoins des grandes phases de l'activité artistique à Troyes :

  • la figure du prophète Zacharie, réalisée vers 1270 pour une baie haute de l'ancienne collégiale Saint-Urbain (Troyes), chef-d’oeuvre de l'architecture gothique rayonnante ;
    Dépose du Zacharie de Saint-Urbain
    Dépose du Zacharie de Saint-Urbain

     

  • l'Arbre de Jessé de Laines-aux-Bois (Aube), exemple de la production des nombreux ateliers de la ville au temps du Beau XVIe siècle ;

  • la scène en grisaille de la vie de sainte Agathe de Saint-Jean-au-Marché (Troyes), fruit d'une mutation formelle spectaculaire dans l'histoire du vitrail au cours des années 1530.

 

Entrée de Henri IV à Paris
Entrée de Henri IV à Paris (prêt de la Société académique de l'Aube)Entrée de Henri IV à Paris (prêt de la Société académique de l'Aube)

Nombre de ces oeuvres peuvent être attribuées à des artistes documentés en Champagne : les frère Piqueret à la fin du XVe siècle pour le rondel de la librairie du chapitre, le Troyen Linard Gontier, célèbre auteur des vitraux de l'hôtel de l'Arquebuse au début du XVIIe siècle, ou le brillant « amateur » que fut le prince de Faucigny Lucinge, auteur, en 1874, du Buveur de champagne. Tel ce petit tableau sur verre inspiré d'une peinture flamande, bien des vitraux sont exposés accompagnés de leurs modèles, montrant les liens étroits qui unissent vitrail et arts graphiques. Le projet pour le panneau de La prise des Ponts-de-Cé par Linard Gontier en est l'exemple. Ces oeuvres originales seront régulièrement renouvelées au fil des prêts. Elles appartiennent à des propriétaires très divers : État, ville de Troyes, autres communes de l'Aube et de la région, Société académique de l’Aube, particuliers, etc.